Chroniques·Fantasy

To Kill a Kingdom – Alexandra Christo

Résumé

Princess Lira is siren royalty and the most lethal of them all. With the hearts of seventeen princes in her collection, she is revered across the sea. Until a twist of fate forces her to kill one of her own. To punish her daughter, the Sea Queen transforms Lira into the one thing they loathe most—a human. Robbed of her song, Lira has until the winter solstice to deliver Prince Elian’s heart to the Sea Queen or remain a human forever.

The ocean is the only place Prince Elian calls home, even though he is heir to the most powerful kingdom in the world. Hunting sirens is more than an unsavory hobby—it’s his calling. When he rescues a drowning woman in the ocean, she’s more than what she appears. She promises to help him find the key to destroying all of sirenkind for good—But can he trust her? And just how many deals will Elian have to barter to eliminate mankind’s greatest enemy?

Monavis

Si vous suivez le blog depuis ses débuts, je vous avais confié adorer les réécritures de contes. Néanmoins, cela faisait un moment que je n’en avait pas lu puisque je n’en avais pas trouvé qui me tentait. Du mois, jusqu’à ce que je tombe sur l’article du blog Les mots d’Arva où elle parlait de son dernière coup de coeur pour une réécriture de la petite sirène. Il faut savoir que depuis enfant, La petite sirène se classe parmi mes Disney préférés du coup, j’avais vraiment hâte de me lancer dans cette lecture. 

« How strange that instead of taking his heart, I’m hoping he takes mine. »

Je ne vais pas faire durer le suspens plus longtemps mais ce roman est un grand coup de coeur et un sans faute pour moi. C’est un livre assez court pour un livre de Fantasy puisque celui-ci ne fait que 342 pages et pourtant, l’autrice a parfaitement su gérer son écriture et nous propose un monde riche, intriguant et complet. En me lançant dedans, je ne savais pas s’il s’agissait d’un tome unique ou d’une série et au final, il s’agit d’un One Shot, ce qui est parfait si vous chercher à lire de la fantasy sans pour autant vous lancer dans une saga.

« The only place I could ever call home and meant it is the Saad. And that’s constantly moving and changing. Rarely in the same place twice. »

Côté réécriture, on retrouve effectivement certains éléments de la Petite Sirène comme la présence de sirène à la chevelure de feu mais contrairement à Ariel, Lira est un personnage beaucoup plus fort. C’est une vrai battante qui n’a pas la langue dans sa poche, très sarcastique et très intrépide. Du côté de Elian, c’est un personnage que j’ai trouvé très interessant puisqu’on retrouve en lui une vrai combativité ainsi qu’un besoin de liberté qui s’oppose complètement avec ses obligations royales. Sans compter que lui non plus n’a pas vraiment sa langue dans sa poche, ce qui crée des discussions assez intéressante.

« I can’t deny the appeal of a life spent far from the weight of kingdoms. »

Une chose qui m’a surprise est le côté sombre de l’histoire. Dans cette histoire, les sirènes arrachent le coeur des Hommes et les Hommes tuent les sirènes. Les deux peuples sont en batailles constante et c’est également le cas de nos personnages puisqu’au début du roman, Lira veut le coeur de Elian tandis que ce-dernier veut tuer celle qui est connue comme la grande tueuse de l’océan. Du coup, on est sur un parfait scénario de Ennemies to Lovers, un schéma que j’aime énormément.

« You may care about her, (…) but it won’t change anything. Love is not for princes, and it’s most certainly not for kings. »

Du côté de la romance, on se doute que celle-ci sera présente dans l’histoire et pourtant, celle-ci n’est pas mise en avant tant que ça. Il y a énormément d’évènements qui vont mener au rapprochement des personnages mais une chose que j’ai énormément apprécié est que leur romance ne sortait pas du jour au lendemain. Du coup, on voit d’abord les personnages apprendre à se faire confiance avant de développer toute relation. Il y a également énormément d’alchimie et d’électricité entre les personnages, choses que j’ai beaucoup aimé.

« People don’t tell secrets because someone needs to know them. They do it because they need someone to tell. »

Au niveau de l’intrigue, celle-ci est étonnement bien construite. Une partie est bien sûr influencée par le conte original mais il y a énormément d’originalité. Tout d’abord, on découvre que les « Mermaids » et les « Sirens » sont deux espèces différentes. Concernant l’ennemi de l’histoire, j’ai été énormément surprise de découvrir que l’alter-égo d’Ursula n’était autre que la mère de Lira.

« Technically, I’m a murderer, but I like to think that’s one of my better qualities »

Au final, c’est une réécriture totalement réussie et qui se classe définitivement parmi mes réécritures favorites. En plus d’un univers riche, d’une intrigue intéressante, l’histoire se déroule principalement sur le Saad, un bateau pirate qui offre une part de piraterie à l’histoire que j’ai tout simplement A-DO-RÉ.

Auteur : Alexandra Christo
Titre : To Kill a Kingdom
Edition : Hot Key Books
Nombre de pages : 342 pages
Prix : £7.99

Etoile5

5 commentaires sur “To Kill a Kingdom – Alexandra Christo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s