Chroniques·Fantastique·Romance

Chronique : Covenant – Jennifer L. Armentrout

image

Résumé

Sur une île au large de la Caroline du Nord vivent les hematoï, des individus au sang pur et aux pouvoirs divins capables de maîtriser les quatre éléments. Ceux dont la lignée a connu un métissage sont contraints de choisir leur destin : intégrer le corps des Sentinelles du Covenant pour chasser les démons, leurs ennemis originels, ou être réduits à la servitude. De retour depuis peu au Covenant pour des raisons qui lui appartiennent, Alexandria n’a pas le choix : fille d’une hématoï et d’un simple mortel, elle se doit de réussir l’examen lui permettant de devenir Sentinelle. L’institution applique une discipline de fer, et les relations entre sang-pur et sang-mêlé sont formellement interdites, sous peine d’exclusion, ou pire. Une règle qui pourrait être simple si Aiden, un sang-pur aux yeux couleur d’orage qu’Alex convoite depuis toujours, n’avait pas été désigné comme son entraîneur personnel ?

Monavis

Il a plusieurs mois, j’ai découvert la saga Lux après de nombreuses recommandations sur Bookstagram et si vous suivez le blog, vous savez que cette saga a été un grand coup de coeur. Comme j’avais énormément aimé l’écriture de l’auteure, j’ai eu envie de me lancer dans son autre saga : Covenant. Avant de me lancer dedans, je n’avais strictement aucune idée de l’histoire. Il me semblait vaguement que c’était en lien avec la mythologie mais je n’en savais pas plus.

« Tu tueras ceux que tu aimes. C’est inscrit dans ton sang et tel est ton destin. Ainsi ont parlé les dieux et tel est ce qu’ils ont prévu pour toi. »

Le livre commence avec un préquel d’une centaine de pages intitulé « Démon » et au début, j’étais assez perplexe par ce format puisque j’ai l’habitude de lire les préquels après la saga principale. Par conséquent, je ne savait pas trop si je devais commencer par lire directement le livre et ensuite revenir au au début pour le préquel ou si je devais lire ce livre de manière classique, de la première à la dernier page. Au final, j’ai choisi de ne pas me prendre la tête et opter pour cette dernière solution qui s’est avérée la meilleure je pense. Le fait d’incorporer « Démon » est un choix vraiment judicieux puisqu’il permet vraiment de mieux comprendre la suite de l’histoire.

Les gens font les choses les plus folles par amour, Alex. Regarde ce qu’a fait ta mère. C’est un autre genre d’amour, mais elle a tout abandonné parce qu’elle t’aimait.

Concernant Covenant, on a un livre qui est selon moi divisé en deux partie. La première partie dure environ deux cents pages et elle permet de mettre en place l’univers qui est d’ailleurs très riche et bien construit. Néanmoins, ce premier morceaux est assez linéaire et j’étais vraiment impatiente de comprendre où l’auteure voulait aller avec son histoire. Puis vient la seconde partie, plus dynamique, intéressante à lire et on voit enfin l’intrigue principale.

« Ce sont juste des mots et les mots ne veulent rien dire. L’action, si. »

Concernant les personnages, il y en a trois qui m’ont vraiment marqué. Tout d’abord Alex, la personnage principal dont je me suis énormément attachée et elle m’a beaucoup surprise en raison de son courage et de sa ténacité. Par contre, il y avait des moments où je n’étais pas d’accord avec ses choix et je la trouvais beaucoup trop impulsive, ce qui la pousse d’ailleurs dans des situations complexes. Puis vient le personnage d’Aiden, mon énorme coup de coeur. C’est un personnage loyal et d’une grande gentillesse malgré une apparence froide. Dernier personnage qui mérite d’être mentionné dans cet article : Caleb. C’est un excellent ami pour Alex et j’ai vraiment apprécié que pour une fois le cliché du meilleur ami amoureux ne soit pas utilisé.

« Piperi était une vieille folle que l’on disait être un oracle. Les sang-pur étaient persuadés qu’elle conversait intimement avec les divinités. Moi, je croyais surtout qu’elle conversait très intimement avec la dive bouteille. »

Un élément vraiment important de l’histoire concerne la différences entre les sangs purs et les sangs mêlées. Ainsi, on se rend très vite compte que même s’ils sont autorisés à interagir ensemble, la société reste basée en deux classes et il est strictement interdit de mélanger ces deux populations. D’ailleurs, l’interdiction de nouer une relation entre les sangs mêlées et les sangs purs est répétée tellement de fois que l’on se doute très rapidement que cela va poser un problème plus tard et effectivement, sans aucune surprise d’ailleurs, ce fût le cas.

« Nous n’avions pas le droit d’entretenir une relation intime de quelque nature que ce soit avec un pur et cette règle nous était inculquée depuis notre naissance. »

Comme je le pensais, ce livre aborde un côté mythologique et pas des moindres puisqu’il s’agit de la mythologie grecque et j’ai absolument adoré cela. Depuis que je suis toute petite, je suis fascinée par la mythologie et j’ai trouvé que c’était une base excellente pour lancer cette histoire.

« Toutes les vérités parlent d’amour, n’est-ce pas ? D’une façon ou d’une autre, on en revient toujours à l’amour. Vois-tu, l’amour et le désir sont deux choses différentes. »

Au niveau de l’histoire, celle-ci m’a beaucoup rappelé Divergent de Veronica Roth pour deux côtés : tout d’abord, pour l’aspect de l’entraînement quotidien aux combats et ensuite pour la relation entre Alex et son entraineur Aiden qui m’ont fait pensé à Tris et Quatre. Une relation que j’ai d’ailleurs beaucoup aimé malgré le fait que j’ai trouvé que celle-ci était intégré de manière trop rapide. Concernant l’intrigue, j’ai trouvé celle-ci très originale, dynamique et bien réfléchie.

« Je n’avais jamais vu les dieux, mais ma mère prétendait qu’ils étaient toujours parmi nous et qu’ils nous observaient. »

La seule chose que je regrette un peu c’est que l’histoire a pris une tournure que je n’attendais pas et dont je ne suis pas forcément fan puisque je crains que l’histoire ne bascule dans un triangle amoureux entre Aiden, Alex et Seth. Néanmoins, je ne rejette pas totalement cette tournure et je veux vraiment voir comment JLA va développer son histoire par la suite puisqu’elle m’a déjà prouvé par le passé qu’elle était capable de m’impressionner.

« Certains considèrent ces cicatrices comme des trophées (…) C’est la preuve de ta force et de ta bravoure. Il n’y a pas de quoi en avoir honte. »

Je redoutais énormément de m’approcher de la fin puisque dans sa saga Lux, JLA a enchaîné les fins toutes plus incroyables, imprévisibles et douloureuses les unes que les autres. Au final, j’ai trouvé que dans Covenant, celle-ci était assez calme. Elle donne quand même envie de découvrir le tome suivant, mais je m’attendais à quelque chose d’un peu plus cliffhanger. Finalement, j’ai passé un excellent moment de lecture mais celui-ci n’est pas un coup de coeur et je m’attendais à beaucoup plus l’aimer.

Auteur : Jennifer L. Armentrout
Titre : Covenant
Edition : J’ai lu
Nombre de pages : 473 pages
Prix : 13,00€Etoile4

3 commentaires sur “Chronique : Covenant – Jennifer L. Armentrout

    1. Je trouve Covenant et Lux vraiment différents puisque l’univers n’est pas le même. Covenant est plus basé sur la mythologie grecque et en plus ça me fait un peu penser à Divergent dans le sens où les personnages sont dans une école où ils apprennent à se battre. Lux est beaucoup plus basé sur la vie réelle malgré la présence des Luxens 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s